fragm

cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm (Michel Leiris)

  • Commenti recenti

  • Classifica Articoli e Pagine

  • Articoli recenti

  • Archivi

  • Categorie

  • Meta

  • Blog Stats

    • 24.945 hits
  • novembre: 2012
    L M M G V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Pagine

Archive for 4 novembre 2012

Ghérasim Luca – Carmelo Bene / La Morte morta

Posted by alfredoriponi su novembre 4, 2012

Da: LA MORT MORTE / Ghérasim Luca

La présence permanente de la mort
dans la nuit funéraire de mon être
ne prendra jamais, en tant que nécessité
les aspects paralysants de la mort
inventée par le Créateur
cette mort (cette vie) structurellement
religieuse disparaîtra avec la dernière
répression

La mort que je contiens comme une nécessité
comme la soupape du désespoir
comme une réplique de l’amour et de la haine
comme un prolongement de mon être

[ Ghérasim Luca / L’Inventore dell’amore seguito da La Morte morta, Librairie José Corti, 1994]

*

La presenza permanente della morte
nella funerea notte del mio essere
non prenderà mai, in quanto necessità
gli aspetti paralizzanti della morte
inventata dal Creatore
questa morte (questa vita) strutturalmente
religiosa scomparirà con l’ultima
repressione

La morte che porto in me come una necessità
come la valvola della disperazione
come una rappresentazione dell’amore e dell’odio
come un prolungamento del mio essere

[tr. a. r.]

youtube=http://youtu.be/i77SdtWnCMU

Posted in Bene, ghérasim luca | Leave a Comment »

Deleuze

Posted by alfredoriponi su novembre 4, 2012

Gilles Deleuze (Parigi, 18 gennaio 1925 – Parigi, 4 novembre 1995)

« Oui, le mourir s’engendre dans nos corps, il se produit dans nos corps, mais il arrive du Dehors, singulièrement incorporel, et fondant sur nous comme la bataille qui survole les combattants, et comme l’oiseau qui survole la bataille. L’amour est au fond des corps, mais aussi sur cette surface incorporelle qui le fait advenir. Si bien que, agents ou patients, lorsque nous agissons ou subissons, il nous reste toujours à être dignes de ce qui nous arrive. C’est sans doute cela, la morale stoïcienne : ne pas être inférieur à l’événement, devenir le fils de ses propres événements. La blessure est quelque chose que je reçois dans mon corps, à tel endroit, à tel moment, mais il y a aussi une vérité éternelle de la blessure comme événement impassible, incorporel, « Ma blessure existait avant moi, je suis né pour l’incarner. » Amor fati, vouloir l’événement, n’a jamais été se résigner, encore moins faire le pitre ou l’histrion, mais dégager de nos actions et passions cette fulguration de surface, contr’effectuer l’événement, accompagner cet effet sans corps, cette part qui dépasse l’accomplissement, la part immaculée. Un amour de la vie qui peut dire oui à la mort. C’est le passage proprement stoïcien. Ou bien le passage de Lewis Carroll : il est fasciné par la petite fille dont le corps est travaillé par tant de choses en profondeur, mais aussi survolé par tant d’événements sans épaisseur. Nous vivons entre deux dangers : l’éternel gémissement de notre corps, qui trouve toujours un corps acéré qui le coupe, un corps trop gros qui le pénètre et l’étouffe, un corps indigeste qui l’empoisonne, un meuble qui le cogne, un microbe qui lui fait un bouton; mais aussi l’histrionisme de ceux qui miment un événement pur et le transforment en fantasme, et qui chantent l’angoisse, la finitude et la castration. Il faut arriver à « dresser parmi les hommes et les œuvres leur être d’avant l’amertume ». Entre les cris de la douleur physique et les chants de la souffrance métaphysique, comment tracer son mince chemin stoïcien, qui consiste à être digne de ce qui arrive, a dégager quelque chose de gai et d’amoureux dans ce qui arrive, une lueur, une rencontre, un événement, une vitesse, un devenir? « A mon goût de la mort, qui était faillite de la volonté, je substituerai une envie de mourir qui soit l’apothéose de la volonté. »

[Gilles Deleuze – Claire Parnet, Dialogues, Champs Flammarion, 1996, pp. 79-80]

 

Posted in deleuze | Leave a Comment »