fragm

cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm (Michel Leiris)

  • Commenti recenti

  • Classifica Articoli e Pagine

  • Articoli recenti

  • Archivi

  • Categorie

  • Meta

  • Blog Stats

    • 24.971 hits
  • giugno: 2022
    L M M G V S D
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Pagine

Archive for the ‘debord’ Category

GUY DEBORD / LA SOCIÉTÉ DU SPECTACLE

Posted by alfredoriponi su marzo 27, 2013

 

9.

Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.

 

34.

Le spectacle est le capital à un tel degré d’accumulation qu’il devient image

 

167.

Cette société qui supprime la distance géographique recueille intérieurement la distance, en tant que séparation spectaculaire.

 

[Guy Debord, La société du spectacle, Paris 1967]

Posted in debord | Leave a Comment »

Guy Debord

Posted by alfredoriponi su agosto 8, 2012

debord_spectacle.html

170

La nécessité capitaliste satisfaite dans l’urbanisme, en tant que glaciation visible de la vie, peut s’exprimer – en employant des termes hégéliens – comme la prédominance absolue de « la paisible coexistence de l’espace » sur « l’inquiet devenir dans la succession du temps ».

(Guy Debord, La Société du Spectacle, 1967)

Posted in debord | Leave a Comment »

Guy Debord / La società dello spettacolo

Posted by alfredoriponi su settembre 29, 2007

21

À mesure que la nécessité se trouve socialement rêvée, le rêve devient nécessaire. Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne, qui n’exprime finalement que son désir de dormir. Le spectacle est le gardien de ce sommeil.

 

Posted in debord, filosofia - articoli | 4 Comments »

GUY DEBORD / LA SOCIÉTÉ DU SPECTACLE

Posted by alfredoriponi su giugno 25, 2007

215

« Le besoin de l’argent est donc le vrai besoin produit par l’économie politique, et le seul besoin quelle produit » (Manuscrits économico-philosophiques). Le spectacle étend à toute la vie sociale le principe que Hegel, dans la Real philosophie d’Iéna, conçoit comme celui de l’argent ; c‘est « la vie de ce qui est mort, se mouvant en soi-même ».

Posted in debord, filosofia - articoli | 4 Comments »

GUY DEBORD / LA SOCIÉTÉ DU SPECTACLE

Posted by alfredoriponi su febbraio 19, 2007

1.

Toute la vie des société dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une immense accumulation de spectacles. tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation.

2.

[…] Le spectacle en général, comme inversion concrète de la vie, est le mouvement autonome du non-vivant.

6.

[…] Il est le coeur de l’irréalisme de la société réelle. Sous toutes ses formes particulières, information ou propagande, publicité ou consommation directe de divertissements, le spectacle constitue le modèle présent de la vie socialement dominante.

9.

Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.

53.

La conscience du désir et le désir de la conscience sont identiquement ce projet qui, sous sa forme négative, veut l’abolition des classes, c’est-à-dire la possession directe des travailleurs sur tous les moments de leur activité. Son contraire est la société du spectacle, où la marchandise se contemple elle-même dans un monde qu’elle a créé.

55.

C’est la lutte de pouvoirs qui se son constitués pour la gestion du même système socio-économique, qui se déploie comme la contradiction officielle, appartenant en fait à l’unité réelle ; ceci à l’échelle mondiale aussi bien qu’à l’intérieur de chaque nation.

114.

[…] Cependant, quand le prolétariat découvre que sa propre force extériorisée concourt au renforcement permanent de la société capitaliste, non plus seulement sous la forme de son travail, mais aussi sous la forme des syndicats, des partis ou de la puissance étatique qu’il avait constitués pour s’émanciper, il découvre aussi par l’expérience historique concrète qu’il est la classe totalement ennemie de toute extériorisation figée et de toute spécialisation du pouvoir. Il porte la révolution qui ne peut rien laisser à l’extérieur d’elle-même, l’exigence de la domination permanente du présent sur le passé, et la critique totale de la séparation ; et c’est cela dont il doit trouver la forme adéquate dans l’action.

 

Posted in debord, filosofia - articoli | 7 Comments »